Mercredi des cendres

01 MAR

Mgr Rémy Vancottem, évêque de Namur, présidera la célébration eucharistique à 18h30 au cours de laquelle les cendres seront imposées.

Seigneur, tu aimes tout ce qui existe,
et tu n’as de répulsion pour aucune de tes œuvres ;
tu fermes les yeux sur les péchés des hommes :
tu les invites à la pénitence,
et tu leur pardonnes, car tu es le Seigneur notre Dieu. »
il tient en main la royauté, la puissance et l’empire. 

Le programme que nous trace l’Église, au jour de l’ouverture du Carême, tient dans les paroles qui accompagnent l’imposition des cendres : « Convertissez-vous, et croyez à l’Évangile ». Le geste, hérité de la tradition juive, a l’avantage de constituer une démarche commune de l’assemblée chrétienne. La pénitence du Carême doit, en effet, « réunir le peuple », s’exprimer dans une « assemblée sainte ». Mais l’essentiel, tant pour le peuple chrétien que pour chacun de ses membres, consiste à se convertir, en se mettant à l’écoute du Seigneur. Se convertir, c’est se tourner vers Dieu. Il s’agit moins de s’arracher à l’égoïsme, d’opter pour une conception nouvelle de la vie, que de se tourner vers Quelqu’un qui appelle. Pour accueillir un message, il faut d’abord lever les yeux vers le messager. C’est pourquoi Jésus a fait entendre l’appel à la conversion au moment où il allait annoncer aux hommes la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu (Mc 1,15) et que Pierre a renouvelé le même appel le jour de la Pentecôte (Ac 2,33). La conversion, à laquelle nous sommes conviés, va consister avant tout dans une intensification de notre relation personnelle à Jésus. Nous le comprendrons mieux encore dimanche prochain, quand nous demanderons à Dieu « de progresser dans la connaissance de Jésus Christ tout au long de ce Carême et de nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle » (prière d’ouverture).

(D’après P. Jounel.)