Commémoration des fidèles défunts

02 NOV

Célébration eucharistique à 10h00

À nos frères défunts, accorde, Seigneur, l’éternel repos ;
et que brille à leurs yeux la lumière sans déclin.

La solennité de tous les saints ne devait pas manquer d’attirer le souvenir des fidèles défunts, que l’Église évoque chaque jour dans sa prière. Il se fixa au 2 novembre au début du xie siècle. La prière pour les morts appartient à la plus ancienne tradition chrétienne, de même que l’offrande du sacrifice eucharistique, « pour que brille à leurs yeux la lumière sans déclin ». À chaque messe, l’Église prie d’abord « pour tous ceux qui reposent dans le Christ » (Canon romain), mais elle élargit sa prière à « tous les morts, dont seul le Seigneur connaît la foi » (prière eucharistique IV), à « tous les hommes qui ont quitté cette vie » (prière eucharistique II) et dont « il connaît la droiture » (prière eucharistique III). En priant pour ceux qui ont quitté cette terre, nous demandons aussi à Dieu de « faire grandir notre foi en son Fils qui est ressuscité des morts, pour que soit plus vive notre espérance en la résurrection de nos frères » (prière d’ouverture). Si nous croyons que « tous revivront dans le Christ » (antienne d’ouverture), c’est que Jésus nous a dit : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi même s’il meurt, vivra » (antienne de la communion).

Dans notre prière nous affirmons enfin que Jésus est le lien entre nos frères défunts et nous : il « nous unit les uns aux autres par le mystère de son amour » (prière sur les offrandes), spécialement dans « la célébration du sacrement de sa Pâque » (prière après la communion), dans la communion à son corps et à son sang.

(P. Jounel)